Grossesse

Grossesse : Accepter la fatigue des premiers mois

accepter la fatigue des premiers mois

Nausées, vomissement, perte d’appétit sont autant de symptômes dont on parle volontiers lorsqu’il s’agit d’évoquer les premiers mois de grossesse des femmes. En revanche, il m’est apparu que la fatigue n’est que très peu abordée. Lorsque j’ai appris l’heureux évènement, j’étais prête (selon moi) à expérimenter ses différents états et à ma grande surprise la chose qui m’a le plus frappé fut la fatigue.

Une fatigue lourde, arasante, et constante. Je n’avais jamais expérimenté une telle fatigue de toute ma vie et je pensais au départ ne pas « être normale » n’ayant pas entendu parler de cela. Après m’être renseignée auprès de la sage femme qui me suit à la PMI et lu (avec prudence et distance)  quelques articles sur le net, j’ai arrêté de culpabiliser car j’ai compris que cet état était le lot de beaucoup de femmes enceintes.

Dans une société de performance et au vu de nos rythmes de vie, honte à celui ou celle qui ose exprimer son envie de se reposer et de rester au calme. En tant que personne (hyper) active, je m’en suis voulue et j’ai même essayé d’outrepasser cette sensation. Bien évidemment mon corps m’a rappelé à l’ordre en m’envoyant une petite grippe comme on les aime. Déclic, prise de conscience. Par respect pour moi mais aussi pour la vie qui était en train de grandir en moi, et de se développer, j’ai fini par accepter de ralentir le rythme. Mon corps en avait besoin. Je me suis donc mise à hiberner.

En ce qui me concerne, cette période a duré environ deux mois et demi, mais il est important de savoir que chaque femme est différente. Il se peut que pour vous cette période varie. SURTOUT ne vous comparez pas aux autres femmes de votre entourage et apprenez à vous écouter tout en vous respectant.

En tant que jeune femme, je dois avouer que le modèle tout puissant de la Wonder woman qui gère sa vie professionnel, son foyer, sa vie sociale, qui reste belle et séduisante, qui est au taquet nous écrase, au risque de nous donner l’impression de ne pas être à la hauteur. Ne vous comparez pas à ce modèle de féminité totalement erronée, soyez vous même et apprenez à être plus que jamais à l’écoute de vote corps, de ses besoins et de vos ressentis. Si vous devez dormir 12 heures par nuit, faites le. Si vous devez faire une sieste, allez-y ! Votre corps sait ce dont il a besoin. Fiez-vous à l’intuition féminine qui sommeille en chacune d’entre nous. Cette étape n’est que passagère. D’ici la fin du premier trimestre vous retrouverez la forme. En attendant ménagez-vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *