Non classé

Hommage à mes fesses

Hommage à mes fesses

Merci à Nicky Minaj, Alicia Keys, Kim Kardashian, Jennifer Lopez et toutes ces femmes médiatisées aux fesses généreuses car aujourd’hui, enfin, je sais que mon popotin à toute sa place sur le panorama des fesses !

Je me souviens encore de ce fameux jour où Monsieur Meyer, professeur de mathématiques, m’appela au tableau alors que j’étais en classe de 2nd. Jusque là rien d’extraordinaire. Si ce prof avait décidé de m’appeler un jour banal, cela n’aurait pas été un gros problème pour moi ! J’assumais entièrement ma nullité dans cette matière et je faisais de mon mieux pour limiter la casse.

Seulement voilà, ce fameux jour où je passais au tableau correspondait justement à celui où mes amies de l’époque (elles le sont toujours d’ailleurs !), considérant que je m’habillais comme un vrai sac à patate –et je dois bien reconnaître que c’était le cas– décidèrent de me relooker !

J’ai eu droit à la panoplie ! Pantalon moulant, ensemble string-soutien gorge pour les sous vêtements, et petit haut près du corps. Tu dois envisager chère lectrice (et toi cher lecteur) qu’à l’époque où se situe l’action je portais des pantalons larges (très large) et sans forme, troués de surcroit, des sweats deux fois trop grands pour moi, et que j’avais en guise de chaussures des Vans (tu sais les chaussures des skateurs de l’époque !)

Mon objectif à l’époque n’était pas d’être belle ni apprêtée. Je ne voulais pas être jolie (et alors que c’était le cas, j’étais convaincue du contraire). Je misais tout sur mon intelligence et ma personnalité et mon apparence n’avait que peu d’importance pour moi.

Aussi, j’ai pris ce relooking comme un jeu, comme si j’étais une poupée que l’on déguisait pour une occasion particulière. C’est ça, cette tenue était une sorte de déguisement ne correspondant pas à qui j’étais, du moins à qui je pensais être. Non ce n’est pas tout à fait ça. Je dirais plutôt que cette tenue me mettait mal à l’aise car elle révélait celle que je souhaitais à tout prix cacher à la vue du monde entier. Il me fallait en effet cacher ce corps de femme naissant non incarné pleinement. Un corps dont je ne savais que faire, qui me collait mal à la peau et dans lequel je me mouvais de façon gauche et maladroite, intriguée par cette nouvelle féminité.

Le prof m’appelle. J’hésite un long moment, je le vois s’impatienter, je finis donc par me lever et à adopter une démarche tout à fait étrange, celle du crabe. Oui je marche sur le côté comme un crabe pour tout faire afin que les regards ne se portent pas sur le bas de mon corps.

Je monte donc au tableau. Alors que les élèves chahutent, ma présence sur l’estrade semble changer la donne. Silence. Un silence pesant et lourd qui finit par être interrompu par la réflexion mal placée d’un des garçons de la classe : «  Putin mais en vrai Aude elle a un boule ! » Par boule comprenez fesses. Shemcedine si tu m’entends, big up à toi ! (l’élève en question s’appelait ainsi.)

Cette expérience me fis renoncer pour un long moment à dévoiler mon corps de femme et je troquais alors cette tenue bien trop sexy pour moi contre le fameux boxer et la culotte en coton bien plus confortable à mon goût, ainsi que mes pantalons patte d’éléphant, mes buggy troués et mes sweats trop grands.

Mon look de garçon manqué, hippie sans genre, n’était autre qu’une façon d’oublier que j’étais une femme en devenir.

Aujourd’hui grâce à un long cheminement personnel et de belles traversées du désert, j’assume (enfin) mon corps de femme mais également (et surtout !)  ce que je suis dans mon essence. Je fais partie de cette catégorie de femmes aux fesses pulpeuses et généreuses. Et ce n’est plus un problème pour moi. J’ai très vite compris que nous étions nos premiers compagnons et qu’il y avait un véritable intérêt à travailler sur soi et sur l’estime de soi en apprenant à s’aimer et à être bienveillant. C’est un travail de tous les jours, qui n’est ni simple ni évident. Mais possible !

Alors si j’ai un message à vous faire passer mesdames, medemoiselles, qu’il soit gros, qu’il soit plat, qu’il soit celluliteux, qu’il soit large, rebondi, tombant, petit, flasque ou ferme, apprenez à aimer votre derrière et rendons hommage à nos culs !

*Histoire de parler de fesses avec humour et dérision deux petits clips pour checker son booty !

*

* Attention certaines images peuvent heurter votre sensibilité.

Aude a fondé Belle ô pluri'elle avec l'objectif  de valoriser l'essence féminine et promouvoir les beautés plurielles. Accompagner et aider  les femmes à révéler tout leur potentiel est une mission qui la passionne. Découvrez son dernier livre Osez le chômage ! Un tremplin vers la carrière de vos rêves paru aux éditions Vérone. http://osezlechomage.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.