Non classé

Fabibine, encadrements et objets décoratifs 100 % faits mains

Boite à bijouxInterview avec Sandrine, créatrice d’objets décoratifs et d’encadrement 100 % faits mains. Sa marque: Fabibine. Des objets emprunt d’originalité aux influences ethniques. J’ai le plaisir de partager avec vous ce moment passé avec la créatrice!

Aude : Bonjour Sandrine, comment vas-tu en cette après-midi ensoleillée ?

Sandrine : Très bien! Ca va ! C’est vrai que le ciel est bleu donc tout va bien !

A : Bon super, ça fait plaisir ! (Rires) Alors aujourd’hui si nous nous retrouvons c’est pour parler de ton activité de créatrice, est-ce que tu peux nous en dire un petit peu plus et nous expliquer en quoi cela consiste ?

S : Oui donc je me suis lancée dans mon activité car au départ je faisais des loisirs créatifs à la maison. J’ai toujours été passionné de loisirs créatifs divers : peinture sur porcelaine, création de collier en perle, enfin des petites choses comme ça assez créatives. J’ai fais de l’encadrement pendant à peu près  huit ans pour moi, et petit à petit je me suis orientée sur ce que l’on appelle le cartonnage, travailler le carton pour en faire des objets personnalisés, des objets maisons.

A : Qu’est-ce que tu entends par encadrement ? En quoi consiste cette technique ?

S : L’encadrement c’est un art qui permet de sublimer tout type de photo. Très souvent on achète des choses toutes faites dans grands magasins de distribution pour encadrer du coup une image, mais avec les techniques d’encadrement en et fonction des techniques que l’on va utiliser on va sublimer l’image, soi en lui apportant plus de profondeur, soi en lui apportant plus de relief. Il y a différents types de techniques, pour pouvoir sublimer du coup une photo, ou un poster ou éventuellement même encadrer un objet.

A : Ca peut aussi être un tableau ?

S : Ca peut être un tableau, ca peut être de tout. J’ai commencé par ça en fait.

A : D’accord. Super. Alors nous nous sommes rencontrées l’année dernière au salon Boucle d’Ebène et je dois avouer que j’ai tout de suite flashé sur tes créations, peux-tu nous dire ce qui t’inspire ?

S : Ce qui m’inspire. Les rencontres avec les personnes en fait. Au départ, quand je me suis lancée la dedans, (parce que du coup c’est quand même quelque chose de très récent !) , c’est suite à une rencontre avec Annick de Kinanoé Bijoux que j’ai rencontré lors du pique-nique Beauté Afro. J’ai dit que je faisais des petites choses à la maison, des petits porte-clés d’encadrement, et suite à cela Annick m’a dit qu’elle aimerai bien voir, donc je lui ai emmené ce que je faisais et de la, elle m’a fait une commande d’un cadre pour pouvoir faire portant de ces bijoux. De fil en aiguille, on a bien accroché et elle m’a proposé de participer au Festival Black Genius Festival et du coup j’ai crée à ce moment là plusieurs petites choses. Alors au départ je suis partie plus sur des petites choses pratiques. Donc des boites à bijoux, des petites choses qui pouvaient être à la fois décoratives avec une petite touche un peu ethnique aussi et originales, donc voilà. Donc mon inspiration elle vient de tout le monde en fait !

A : Génial ! C’est beau, j’adore ! Alors parle nous un peu de ton parcours, qu’est-ce qui t’a finalement amené vers cette activité ? Tu nous parlais des rencontres.

S : Oui en fait, ça a vraiment été une rencontre. Une rencontre, plusieurs rencontres, qui ont fait que petit à petit je me suis lancée dedans. Parce qu’au départ je n’avais pas du tout l’intention d’en faire une activité c’était plus pour moi et mes proches, et de fil en aiguille les choses se sont faites quand même assez rapidement et du coup je me suis lancée dans ça. N’y croyant pas trop au départ, un peu tâtonnante parce que pas du tout dans l’âme commerciale, donc d’être exposée auprès des personnes, et de vendre ces créations, parler de soi, ce n’est pas quelque chose que je sais faire, voilà comment les choses se sont mises en place, je tâtonnais un peu au début, maintenant ça va un peu mieux.

A : Et tu travailles seule ou tu as des collaboratrices (ou collaborateurs) ?

S : Non, je travaille toute seule à la maison dans mon petit salon.

A : D’un point de vue technique, quelle est ta formation ? Tu nous disais que lorsque tu as commencé, c’était plus du loisir pour toi, est-ce que tu as pris des cours, as-tu participé à des ateliers, des formations ?

S : Non, je n’ai pas pris trop de cours. C’est-à-dire que l’encadrement il y a déjà des techniques, et à partir du moment où on les maîtrise, on peut facilement passer à la technique du cartonnage. L’encadrement c’est quelque chose d’extrêmement précis, on ne peut pas se lancer seul dedans, alors que pour le cartonnage c’est un petit peu plus simple. Il a fallu que ma prof d’encadrement, qui fait également du cartonnage, me montre deux trois techniques et après ça, je me suis lancée! Je suis assez autodidacte. J’ai fais aussi de la mosaïque, je me suis lancée dans la mosaïque toute seule, j’ai fais des petits pots à plantes, des choses comme ça.

A : Comment cela se passe t-il lorsque tu crées ? Est-ce que tu as un espace bien à toi, un atelier ?

S : Non je n’ai pas d’atelier, je fais ça dans mon petit logement. J’ai la chance d’avoir un logement dans lequel je me sens bien qui est super bien exposé, dans lequel je suis à l’aise et qui me permet de faire vivre ma créativité.

A : Tu t’engages à faire des créations 100% faits mains, et j’adhère totalement à ta démarche, peux-tu nous dire l’importance que cela représente pour toi de proposer un panel de création que tu as entièrement fait ?

S : La satisfaction. La satisfaction personnelle. C’est toujours très valorisant de se dire qu’on part d’une planche de carton et voilà de fil en aiguille, on arrive à un objet. Je trouve ça très beau en fait de partir de la base et d’arriver à quelque chose de fini.

A : Et dis nous un peu depuis combien de temps tu t’es lancée dans cette belle aventure suite à cette rencontre ?

S : Ca fait deux ans maintenant. Ca va faire deux ans.

A : Dans le cadre de cette activité, peut-on dire que tu es ton propre patron ?

S : Oui, puisqu’il n’y a personne d’autre avec moi. Donc je suis mon patron. Je travaille quand je le sens aussi parce qu’en fait c’est vraiment un complément d’activité. J’ai quand même mon activité principale donc oui en fonction de mes occupations à côté et de mon activité principale j’essaye d’ajuster. C’est plutôt agréable. Bon après j’ai la contrainte des commandes, il faut que je m’engage, il faut quand même que je respecte mes engagements, mais globalement, j’arrive à concilier les deux, sauf quand je peux être malade, ou autre…

A : Pensais-tu un jour en arriver là ? Tu me disais tout à l’heure que c’est plus une rencontre qui t’a ouvert cette porte, aurais-tu pu imaginer ou même envisager avant cette rencontre, développer cette activité ?

S : Pas du tout, non je n’avais pas du tout envisagé de vendre. Je faisais plus des choses que j’offrais à mes amis, je faisais des cadeaux personnalisés, mais non je n’envisageais pas du tout de vendre. On me le disait dans ma famille « mais tu devrais vendre, mais tu devrais vendre », mais comme je n’ai pas nécessairement une âme de commerciale, si quelqu’un avait pris l’initiative dans ma famille de le faire je l’aurais peut-être suivi… Du coup voilà les choses se sont quand même faites, je ne vais pas dire malgré moi parce que j’étais quand même moteur du truc, mais elles se sont faites autrement.

A : Quels conseils donnerais tu à toutes ces femmes talentueuses qui hésitent encore à se lancer dans leurs projets de création ou autre d’ailleurs ?

S : Qu’il faut se lancer. Il faut y aller, de toute façon tant qu’on a pas essayé, on ne pourra jamais savoir ce que ça peut donner. Et même si ça ne fonctionne pas de toute façon, on en apprend toujours quelque chose, et ça nous permet de rebondir sur autre chose. La seule chose que je dirais c’est « lancez-vous », « n’ayez pas peur ! ».  Parce qu’on ne sait jamais ce qui peut se passer derrière.

A : Pour finir, que faire pour te commander des créations et choisir un modèle bien précis ?

S : Il faut m’envoyer un petit mail à : fabibine@ymail.com, me téléphoner, ou venir me rencontrer lors d’une rencontre, et me préciser ce que vous voulez. Je suis aussi sur Facebook.

A : Alors je récapitule : la page Facebook: Fabibine. Contact email: fabibine@ymail.comTéléphone : 06.86.90.87.49

About Author

Aude a fondé Belle ô pluri'elle avec l'objectif  de valoriser l'essence féminine et promouvoir les beautés plurielles. Accompagner et aider  les femmes à révéler tout leur potentiel est une mission qui la passionne. Découvrez son dernier livre Osez le chômage ! Un tremplin vers la carrière de vos rêves paru aux éditions Vérone. http://osezlechomage.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.