Portraits de Femmes

Sweet Sugar, l’interview : Un petit bijoux de femme !

Sweet sugar Interview : Un petit bijoux de femme !

Ode Mb : Bonjour chi. Nous nous sommes rencontrées au Labo Ethnik et j’ai voulu en savoir plus sur votre univers. Pouvez-vous nous parler de votre parcours et nous expliquer ce qui vous a amené à créer votre propre marque de bijoux ?

Chi : À la fin de mes études j’ai travaillé dans un atelier de sertissage pour une société sous traitant avec Chanel. On me demandait parfois mon avis sur les bijoux, les couleurs, les diamants, les pierres, les topazes, et il s’avère que j’ai révélé mon côté artistique. Mes propositions allaient dans le sens de leur projet et j’ai commencé à créer une gamme de bague en diamant et pierres précieuses. C’est à partir de ce moment là que j’ai pris goût à ce travail. Mon papa était dans le milieu du bijou. J’ai donc appris quelques techniques avec lui.

Après cette expérience, j’ai décidé d’ouvrir une boutique de bijoux fantaisie. Je ne réalisais pas les bijoux, je les achetais à des grossistes et à des fournisseurs, mais je ne trouvais pas réellement les styles qui me convenaient. J’ai quand même eu cette activité pendant un an et demi et ça a très bien marché.

Je me suis dis que je voulais offrir quelque chose qui soit différent, j’ai donc commencé à mettre des bijoux qui correspondent à ma personnalité. Je suis partie en Thaïlande et ce voyage m’a inspiré, j’ai vu toutes ces couleurs ! Je suis également partie dans d’autres pays et j’ai vu que c’était très coloré ! J’aime beaucoup les couleurs, et l’idée que différentes formes nous définissent quand on s’habille.

J’aime la mode, je m’inspire de mon univers asiatique et français et aussi de l’univers africain, ce qui m’inspire à mixer et à faire se rencontrer plusieurs cultures. Je me suis donc dis, « pourquoi pas me lancer dans la création d’accessoires ? »

Ode Mb : Que pouvez-vous nous dire sur vos créations ?

Je propose des bijoux que l’on peut porter pour chaque occasion, sans devoir changer de bijoux dans la journée. Je travaille beaucoup, je bouge beaucoup, le soir lorsque je sors je n’ai pas le temps de rentrer chez moi pour aller me changer. J’ai donc envie d’avoir un bijoux que je peux porter toute la journée et que je peux garder le soir quand je sors. C’est aussi bien avec mes petits talons, un petit haut, ou une petite robe.

Que l’on se rende à un repas d’affaire, au travail ou à une soirée, et bien on peut porter mon bijoux sans être vulgaire, trop voyante ou trop bling bling. Mon objectif en tant que créatrice est que les femmes d’aujourd’hui s’affirment, et se respectent. Créer le mystère, avoir ce côté un peu raffiné, ce côté qui laisse entrevoir une ouverture mais qui signifie aussi que l’on doit nous respecter, c’est dans cette optique là que je travaille et que crée mes bijoux.

Côté matière j’utilise le métal argenté, du plaqué or ou de l’argent, parce qu’on est dans une société dans laquelle on n’a plus beaucoup d’argent. Nous avons tous des impératifs, pour autant, on a envie de se faire plaisir.

Ode Mb : Concernant vos créations vous gérez aussi le dessin ?

Chi : Tout a fait. Je fais la calligraphie, et les designs. J’essaie d’imaginer les formes et d’y associer les couleurs. Par exemple pour un collier, j’imagine comment une femme va le porter, quelle en sera la couleur, la forme par rapport à la morphologie, à la poitrine. Je fais en sorte que ce collier corresponde à la tenue de tous les jours, qu’il soit au contraire voyants, ou plutôt discret. J’ai parfois des flashs, je crée en fonction de ça.

Ode Mb : Quel regard portez vous sur les femmes, et quelle image de la femme souhaitez-vous promouvoir par le biais de vos bijoux ?

Chi : En tant que femme j’aime beaucoup tout ce qui est raffiné. C’est la raison pour laquelle mes bijoux sont très fins. Les femmes ont beaucoup de valeurs, beaucoup de qualités. Aujourd’hui, certaines femmes en montrent trop et véhiculent une image qui ne correspond pas du tout à ce qu’elles sont. J’ai envie de dire aux femmes « Soyez vous-même, soyez belles, malgré les choses qui se passent dans vos vies, ouvrez-vous aux autres tout en restant simple. »

En créant mes bijoux j’imagine déjà le caractère de la femme, son style de vie.  Mes bijoux reflètent la femme dynamique, la femme qui se dit « je suis belle », la femme active. Une femme qui peut être une femme fatale tout en restant très simple. C’est ça pour moi la femme d’aujourd’hui. C’est ce que nous avons de plus beau en nous.

Certaines femmes sont complexées, et j’ai envie de leur dire qu’elles sont belles comme elles sont. Tout ce qu’il faut aux femmes, c’est qu’elles prennent le temps de comprendre qui elles sont, qu’elles prennent le temps de s’habiller d’une manière valorisante, d’adopter un style qui les représente.

Ode Mb : Avez-vous rencontré dans le cadre de votre activité, lors de votre lancement notamment, des difficultés ?

Chi : Oui parce que vous savez nous traversons une période de crise où les gens n’ont plus d’argent pour acheter. Comme je le disais, ils ont des impératifs plus importants ; s’alimenter, payer la voiture, payer l’assurance, payer la maison, le loyer. Les femmes ont donc un budget très restreint pour se faire plaisir. Elles réfléchissent beaucoup plus. Mon but aujourd’hui c’est de faire des bijoux pas trop chers, en restant toujours dans des qualités.

Quand on démarche, on n’est pas connu, et les gens ne nous font pas forcément confiance. Il y a une certaine crainte concernant les produits de créateurs : c’est qu’ils soient d’une qualité moindre que celle des produits de grandes marques. Pourtant ce n’est pas le cas. Beaucoup de personnes comme moi créent eux-mêmes des choses originales et de très bonne qualité à un prix très abordable, c’est dommage de ne pas le reconnaitre à sa juste mesure. C’est un peu frustrant pour nous. Bien sur je suis passionnée par ce que je fais donc je ne compte pas les heures ! Je me fais plaisir, je fais plaisir à mes clientes. Mais pour se faire plaisir il faut que les clientes aiment ce que l’on fait. Au début c’est très dur de promouvoir votre marque, et de créer vos bijoux en même temps.

La deuxième chose c’est que je suis basée à Lyon et il y a énormément de jeunes créatrices là-bas et donc une grosse concurrence. Je procède donc à des ventes privées. Je crois constater qu’un des problèmes majeur est qu’on on ne donne pas forcément sa chance aux des personnes qui démarrent. On hésite à aller vers vous, à découvrir votre travail. Aujourd’hui je me bats pour faire comprendre que quelle que soit l’activité, lorsque l’on entreprend quelque chose, que l’on débute, on est passionnée par ce que l’on fait, et on continuera.

Grâce aux bouches à oreilles beaucoup de gens sont venus découvrir mes bijoux et aiment énormément ce que je fais, ça m’encourage à continuer ! Ca fait six mois maintenant, j’ai commencé l’année dernière.

Mais je me souviens au départ quand j’ai voulu me lancer on m’a dit « Non, ne le fait pas, tu vas te louper, tu vas prendre une pente qui descend et tu vas vite glisser ! », ça fait mal. Il faut faire des choses que vous aimez dans la vie et il faut croire en vous. J’ai envie de dire à toutes les femmes qu’elles croient en elles ! Quand vous croyez en vous, même si c’est dur, même si ça ne démarre pas comme on veut, il y a une satisfaction énorme. C’est peut-être grâce à ma double culture que ça me donne cette force là. Ce n’est pas toujours évident. J’ai fais des ventes et parfois les gens me snobaient. Vous êtes asiatiques, vous n’êtes pas capable de faire. C’est de la production, vous n’êtes pas raffinés, c’est dur.

Ode Mb : Justement à ce propos en tant que femme française vous incarnez quand même différentes cultures de part vos origines, est-ce dur de se confronter à certains clichés ? Vous évoquez le fait que dans l’imaginaire collectif, la production asiatique ne peut pas être raffiné. Que pensez-vous de ces clichés qui sont véhiculés, et fortement ancrés ?

Chi : Il y a différentes cultures en nous et c’est dommage de ne pas explorer tout ça. J’ai grandi en France, et aujourd’hui malgré tout il arrive encore que l’on me regarde bizarrement. Dans ces cas là je regarde avec un grand sourire. Il ne faut pas rester sur des clichés. Au contraire, je crois que des femmes comme nous, issues de différents horizons, pouvons apporter beaucoup de choses.

Et il faut se battre, il ne faut pas baisser les bras ! C’est avec différentes cultures que l’on peut apporter de jolies choses ! Nous sommes nés sous un même ciel, il pleut, il pleut partout, il y a du soleil, il y a du soleil partout ! Il faut savoir partager, il faut savoir se mélanger, et savoir s’apprécier les uns les autres pour nos qualités. Bien sur nous avons tous des défauts, mais en tant que femme issue de différentes cultures, j’ai envie d’apprendre aux autres que l’on peut avoir des points communs. Et c’est ça le plus joli.

Apprendre de choses nouvelles, des choses que les autres peuvent nous apporter. Et quoi qu’il arrive même jusqu’à 70 ans, on apprendra toujours quelque chose. Et c’est pour cela que j’ai envie de me battre, au delà de mes bijoux, à travers mes principes. Ce métissage me rend plus forte.

Ode Mb : Vous êtes d’origine Vietnamienne, Italienne et Corse, pensez-vous que vos origines sont une source d’inspiration pour vos créations ?

Chi : Tout à fait. Parce que se sont des cultures qui sont à la fois très différentes mais qui peuvent être très proches. Le point commun que l’on retrouve dans chaque culture c’est le sourire. Puis le soleil, et les couleurs, ça donne le sourire aux gens. Quand il y a du soleil tout le monde est heureux. Mon arrière grand-père qui est Italien-Corse a su trouver des jolies couleurs chez mon arrière grand-mère qui est Vietnamienne. Ce mélange là me donne envie de montrer qu’il est important de sourire aux autres, de s’ouvrir aux autres.

Il faut s’ouvrir à d’autres cultures, c’est ça qui donne des couleurs à notre vie. C’est la raison pour laquelle j’aime beaucoup mettre des couleurs dans mes bijoux. J’utilise des matières très simples, de l’or ou de l’argent, mais en même temps je mets des pierres de différentes couleurs. On peut rester sur une base puis mettre des fantaisies et des couleurs. C’est comme un arbre, il est simple c’est la base. Une fois qu’il donne des fleurs, il y a différentes couleurs, mais ça reste toujours le même arbre !

Je suis née au Vietnam, j’ai grandi en France, j’adhère à la culture Française elle est quand même très riche, avec sa cuisine, ou sa mode par exemple, mais voilà aujourd’hui on arrive à un stade où il faut mettre quelques touches de couleur, comme dans un tableau, ça le rend encore plus joli. A travers mes bijoux, je souhaite représenter mes racines et aussi mes mélanges à moi.

Ode Mb : Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui ont des projets et qui ont peur ou qui hésitent à se lancer dans leur activité ?

Chi : C’est vrai que la première chose c’est le budget. Moi je fais des bijoux donc se sont des petites pièces. Quant aux femmes qui créent des grandes pièces ça représente du stock, ce n’est pas facile certes, mais il faut avoir la force et la conviction de croire en soi. Bien sur il y a toujours des inconvénients et des difficultés. J’ai une amie qui est passé par là, ça n’a pas été évident au départ mais aujourd’hui elle réussit.

Ce qui a de plus riche au monde c’est de croire en nous, de croire en soi. Il faut qu’elles s’entourent de personnes qui croient en elles. Qui les motivent ! Les personnes qui sont inintéressantes, qui ne leur apportent pas grand chose il faut qu’elles les mettent de côté parce que ce n’est pas cela qui leur permet d’avancer, c’est quelque chose que je tire de mon expérience. Elles doivent essayer de s’extérioriser, de se mettre en avant, de parler d’elle, même si ce n’est pas facile.

Elles ne doivent pas hésiter à parler d’elles. Il faut qu’elles s’ouvrent aux autres, qu’elles parlent d’elles dès qu’une occasion se présente. Parce que c’est un moyen de communication. Et puis il faut que les femmes qui croient en elles le fassent savoir et les soutiennent. Moi je participe beaucoup à des événements de jeunes créatrices ou des choses qui sont artisanales et fait main parce que c’est le moyen de les encourager. Il faut donc qu’elles participent à des événements qui ne concernent pas forcément leur domaine d’activité. Ca permet de faire preuve aussi d’ouverture d’esprit, vous ne parlez pas que de vous. En participant à ces événements les gens vont porter un autre regard sur vous, et vont s’intéresser à ce que vous faites. Vous leur montrez que vous vous intéressez à ce qu’ils font, que vous adhérer à leur projet, à leurs idées.

Ode Mb : Il s’agit aussi de savoir échanger avec les autres, de savoir créer un réseau, non pas dans un intérêt malsain mais plutôt dans l’optique d’être dans l’échange avec l’autre, dans l’interaction ?

Chi : Voilà, en restant toujours positive. Il ne faut pas juger les gens, il ne faut pas faire les choses par intérêt, il faut faire avec son cœur. C’est en faisant tout avec son cœur que les personnes qui recherchent de vrais talents le voient tout de suite. En suivant sont cœur et en restant soit même, naturelle, on fait de super jolie rencontre. Et c’est à partir des jolies rencontres qu’on peut avancer dans la vie. C’est comme ça, aujourd’hui je vous ai rencontré, ça me fait beaucoup plaisir !

Ode Mb : (Larmes aux yeux) Moi aussi !

Chi : On ne fait pas ça pour de l’argent, on fait ça parce que ça nous fait plaisir et c’est la plus belle expérience, et c’est ça la richesse de mon travail.

Ode Mb : Pour terminer, que faire si on veut vous commander un collier, des boucles d’oreilles, une parure, etc ?

Chi : Alors en ce moment je fais beaucoup de pièces uniques. Je commence à avoir des demandes. Je fais des petites séries. Actuellement je poste mes bijoux sur Facebook, vous savez comme on démarre aussi on n’a pas tout les moyens pour faire un site internet. Là je vais commencer à créer mon site internet de vitrine pour que les personnes qui veulent commander un bijoux aillent vois les photos directement sur ce site.

On peut me contacter directement, et à partir de ce moment là, je fais des envois chez elles, les frais de port sont à mes charges et s’il y a un soucis je rembourse la totalité. Pour les bijoux on peut aussi me contacter pour les personnaliser. Si mes clientes ont une envie par rapport à leur robe ou pour une cérémonie, elles ont envie de telles couleurs en fonction de leur humeur, elles m’expliquent un peu, c’est ça le but aussi, c’est de comprendre mes clientes, d’être en contact avec elles. Je ne suis pas là que pour vendre, je suis là pour les connaître, et si je les connais elle pourront mieux connaître mes bijoux et ma démarche. Parce que j’interprète mes bijoux à travers elles.

Ode Mb : Merci à vous Chi pour cette belle rencontre et cet entretient.

Chi : Merci à vous, c’était un grand plaisir !

Carte de visite Sweet Sugar

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Sweet-Sugar/370186886398953?fref=ts
Contact : 06.62.99.77.92

site web : http://www.sweetsugarcreation.com

About Author

Auteure, mumpreuneure et coach, Aude a fondé Belle ô pluri'elle avec l'objectif  de valoriser l'essence féminine et promouvoir les beautés plurielles. Accompagner et aider  les femmes à révéler tout leur potentiel est une mission qui la passionne. Découvrez son dernier livre Osez le chômage ! Un tremplin vers la carrière de vos rêves paru aux éditions Vérone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.