Non classé

L’entreprenariat au féminin

logo_nenoi

Hello mes Belles ô Pluri’elle et ces messieurs ! Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous présenter mon premier article d’une future longue série à suivre consacrée à l’entreprenariat au féminin ! Je vous invite à découvrir le parcours de Reyana, créatrice de la marque Nenoï, Bébé ethnique et chic.

Aude : Bonjour Reyana.

Reyana : Bonjour.

Aude : Nous nous sommes rencontrées dans le cadre du Labo Ethnik. Vous êtes la créatrice de la marque pour bébé et enfant qui s’appelle Nenoï, pouvez-vous nous parler de votre parcours et nous raconter comment commence l’aventure ?

Reyana : Alors je suis d’origine Sénégalaise. J’ai grandi au Sénégal, je suis née là-bas. Je suis arrivée en Europe en 2000, et j’ai fais, comme plusieurs, mes études en économie international. J’ai eu une maitrise suivie d’un master en gestion de projet, et je me suis lancée comme beaucoup dans le monde du conseil. Alors c’est, je sais, à des années lumières de ce que je suis aujourd’hui, mais je pense que c’est très important dans le sens ou avoir fait des études assez cadrées m’a permis d’avoir de la rigueur, de la détermination, et aussi de créer des stratégies, et d’essayer d’atteindre des objectifs. Donc je pense que pour toute personne qui souhaite entreprendre c’est quelque chose de non négligeable, c’est quelque chose d’assez nécessaire je dirais comme bagage. Ensuite j’ai continué à évoluer dans le domaine de l’informatique, et suite donc à ma grossesse et à l’arrivée de mon petit garçon, j’ai décidé de lui confectionner des layettes qui lui ressembleraient, et qui me ressemblerait. Voilà comment est né Nenoï, par la création de petit coffret cadeau. J’ai donc quitté de manière officielle mon travail dans le monde de l’informatique depuis un an maintenant, donc depuis juin 2013, pour me consacrer uniquement à Nenoï. Alors dans un premier temps je me suis dis « je vais m’accorder six mois, pour tout donner et voir si j’arrive à faire bouger les choses ». Et bien ça fait un an maintenant et c’est quelque chose que j’apprécie et je ne peux plus m’en passer.

Aude : Quelles ont été les motivations qui ont permis de passer d’un statut si je puis dire de salariée, donc de travailler dans un cadre au sein d’une entreprise, au lancement en tant que femme entrepreneure ? Quelle a été le déclic ?

Reyana : Je pense que l’entreprenariat c’est quelque chose que l’on a chacune au fond de soi, de manière plus ou moins grande en fonction, aussi, de son éducation. Mes parents, ma mère surtout est indépendante. Elle est pharmacienne industrielle. Ca a toujours été une femme battante et indépendante et c’est mon modèle. Donc en un sens d’avoir ça sous les yeux tous les jours, c’est comme si c’était inné en moi, et à un moment donné, on n’a plus envie de subir les ordres des autres et on se dit « mais pourquoi moi je ne suis pas capable de faire ce travail là pour moi ? » Et donc on prend son courage à deux main, on essaye, et surtout il ne faut pas avoir peur de l’échec parce qu’on tombe 4 fois, et on se relève une cinquième fois, et on y va. L’essentiel c’est d’essayer. Je me souviens, lorsque j’ai commencé en tout cas, il y avait pas mal de gens autour de moi pour me pousser, d’autres personnes par contre étaient plus septiques et me disaient qu’elles n’étaient pas sûres. Mais il faut passer outre, on se dit « Eh bien je vais tenter qui ne tente rien n’a rien, et on va voir ce que ça va donner ». Et donc j’ai tenté, et j’ai apprécié l’expérience.

Nenoi

Aude : Mis à part les doutes et hésitations de certaines personnes de l’entourage, quelles ont été les difficultés rencontrées lors du lancement de l’activité ?

Reyana : Il y a d’abord toutes les difficultés liées à l’administration. L’enregistrement de la marque, tous les frais administratifs, la déclaration de la TVA. Tout ça c’est un cap à franchir, c’est tous les trois mois, se sont des choses pas agréables à faire, mais on le fait. Après il y a aussi une difficulté majeure qui est liée au fait que l’on a envie que sa marque soit tout de suite au top, or ça ce n’est pas possible, sauf si on a un bon emprunt de la banque. Mais si on commence tout petit, à ce moment là il faut se dire qu’il y a des étapes. Il faut commencer à mettre son investissement dans une chose à la fois. Ca a été dur de faire un choix, mais les choses jusqu’à aujourd’hui se mettent en place les unes après les autres. Il faut vraiment un plan d’action en se disant « je commence d’abord par ça, et ensuite ça », et s’y tenir.

Aude : Quelles sont selon toi les qualités pour être femme entrepreneure et mener à bien son activité tout en conciliant vie de famille, lien sociaux et temps pour soi ?

Reyana : Vaste sujet ! (Rires partagés.) Les qualités. Il faut vraiment beaucoup de persévérance parce que comme dans la vie, dans l’entreprenariat il y a des hauts et il y a des sacrés bas ! On parle souvent des hauts, on ne parle peut-être pas des bas, mais se sont des périodes à passer qui sont aussi nécessaires et qui de toute façon vont arriver. Donc avec beaucoup de persévérance il faut se dire, on ne lâche rien et on y va ! Se sont des mauvais moments à passer. Après la persévérance il faut quand même une dose de motivation, et la motivation elle vient du fait que vous avez un soutien de la part de votre famille, ça c’est important, de la part de vos amis, ça aussi c’est très important, et aussi de vos clients. Il faut avoir des retours, qu’ils soient négatifs ou positifs il faut prendre la critique comme elle est avec beaucoup de distance aussi, et il faut s’améliorer. Donc voilà pour moi les deux qualités qui sont vraiment archi nécessaire pour pouvoir aller loin. La persévérance et la motivation.

Aude : Quelles sont les valeurs éthiques et morales qui t’animent au quotidien dans la gestion de ton activité aussi bien en ce qui peut concerner des aspects administratifs tout comme des aspects liés directement à la création ?

Reyana : Ethique ; alors déjà dans le monde de la création on peut très vite basculer dans ce que j’appelle la copie. Donc c’est vraiment nécessaire d’avoir son identité et de l’affirmer. Une des valeurs en tout cas prédominante c’est vraiment de s’affirmer. Se différencier des autres, c’est vraiment quelque chose d’assez important pour moi. Après il y a aussi le fait d’être honnête. Honnête avec soi-même, honnête avec les autres. Dans ses relations, dans sa création, parce que ce que l’on vend finalement c’est une partie de soi. Donc plus on est honnête dans la création de son objet, et plus on sera honnête aussi dans la manière de vendre et dans sa relation avec le client.

Nenoi 4

Aude : Enfin, quels conseils donnerais-tu aux femmes qui hésitent à se lancer ?

Reyana : Le conseil est qu’il faut savoir surpasser la peur que l’on a. Et pour surpasser la peur que l’on a, il faut identifier les obstacles potentiels. Quand on se dit et bien voila je veux me lancer, mais j’ai peur de « … » Alors on prend un stylo, et on écrit ce dont on a peur « j’ai peur de rater, j’ai peur de me conduire à la faillite, j’ai peur de ne plus avoir de temps pour mes enfants, etc… ». Et pour chaque peur, identifier une solution de contournement. « Oui mais si je n’ai pas de temps à consacrer à mes enfants alors à ce moment là, je prends tous les samedis et dimanches, et je ne travaille pas » par exemple. Et vous allez voir que petit à petit il n’y a finalement pas de vrais obstacles. Je pense que c’est un cheminement à faire dans son esprit. Il faut vraiment tenter, et puis si on échoue, ce n’est pas grave, on revient en arrière, il y a toujours moyen de faire marche arrière. Et après faire une analyse et se demander pourquoi on a échoué, si jamais on souhaite se relancer plus tard.

Aude : Très bien merci beaucoup  Reyana !

Pour découvrir les création et l'univers de Nenoï c'est par ici ! http://blog.nenoi.com

About Author

Auteure, mumpreuneure et coach, Aude a fondé Belle ô pluri'elle avec l'objectif  de valoriser l'essence féminine et promouvoir les beautés plurielles. Accompagner et aider  les femmes à révéler tout leur potentiel est une mission qui la passionne. Découvrez son dernier livre Osez le chômage ! Un tremplin vers la carrière de vos rêves paru aux éditions Vérone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.