Articles

J’essaie d’arrêter le sucre

j'essaie d'arrêter le sucre

Hello mes beautés plurielles ! Aujourd’hui je souhaite partager avec vous le nouveau challenge que je souhaite relever : celui d’arrêter le sucre.

En effet depuis ma grossesse j’ai développé une petite addiction au sucre et aujourd’hui un an après la naissance de mon fils, certaines mauvaises habitudes persistent encore !

Mais en quoi consiste mon addiction ?

Rien de bien grave selon moi. En effet je ne consomme ni sodas, ni alcool ni jus industriels. Je n’aime pas les bonbons, et je ne passe pas mon temps à mâcher du chewing-gum. De plus je ne suis pas du genre à grignoter, je mange lorsque j’ai faim et à ma faim. Non rien de bien grave comme je vous le disais. Cependant je ressens le besoin de consommer du sucre quotidiennement.  Ma petite faiblesse est liée au petit encas de 10h et/ou au goûter (oui je goûte encore je ne vois pas pourquoi ça devrait être réservé aux enfants ! Rires) de 16 h.  Il faut ajouter à ça les samedis matins où je m’accorde un petit pain au chocolat de temps à autre.

Quelle forme prend cette addiction ?

Je me suis découverte une passion pour les pâtisseries et les viennoisseries. J’aime les pains au chocolat, les tartes aux fraises, les crumbles aux pommes, les moelleux au chocolat. Concernant mon addiction au sucre il peut aussi s’agir d’un petit paquet de gâteau gerblé chocolaté, ou de quelques granolas. Je m’accorde par ailleurs de temps à autre le plaisir de manger des carrés de chocolat au lait avec des éclats de noisettes et des bouts de raisins secs ! (Miam)

J’arrive tout de même à ne pas me laisser dépasser par cette envie de sucre et si je mange un encas le matin je ne prends pas de gouter. Certains jours il m’arrive même de ne pas éprouver le besoin d’avoir recours à tout ça.

Je limite la casse !

J’ai pris 20 kilos durant ma grossesse. Je ne me suis ni privée ni limitée dans mes envies. Je ne dis pas qu’il faut suivre mon exemple. Je partage simplement avec vous mon expérience.

Je suis passée de trois à six repas par jour (durant ma grossesse je tiens à préciser, rires), avec une consommation de protéine animale aux repas du midi et du soir. Vous devez savoir que j’étais presque végétarienne et que je consommais très peu de viande. Mais à ce moment là de ma vie, j’avais envie de viande, de gras et de sucre. J’ai pris 5 kilos en un mois de grossesse et les médecins qui m’ont suivi n’ont pas cessé de me rouspéter.

Ainsi je suis passée d’une bonne hygiène de vie qui consistait à manger équilibré et en quantité raisonnable trois repas par jour en consommant très peu de viande (et de sucre d’ailleurs) et en pratiquant pas mal d’activité dont la danse, le yoga et un peu de footing, à un rythme alimentaire tout à fait différent. Vous me direz chaque femme est différente et la grossesse agit différemment sur nos organismes.

J’ai perdu 10 kilos la semaine qui a suivi l’accouchement et deux kilos depuis que je me suis remise à faire sérieusement du sport et à manger de nouveau équilibré.

j'essaie d'arrêter le sucre

Pourquoi j’essaie d’arrêter le sucre ?

Il y a quelques mois, j’ai vu un reportage sur France 5 qui s’interrogeait sur les effets du sucre sur l’organisme. Cela m’a beaucoup interpellé. Si vous souhaitez découvrir le documentaire dont il est question je vous laisse le lien à la fin de l’article.

De plus, je me rends bien compte qu’il y a quelque chose de machinal dans ma démarche, comme si mon cerveau réclamait une substance dont je n’avais pas besoin. En gros il m’arrive d’éprouver l’envie de manger un gâteau, alors que je n’ai pas faim. Et si j’ai le malheur de trouver quelque chose à porté de main pour répondre à cette envie de sucre (car il ne s’agit pas d’un besoin) alors autant vous dire que le gâteau ne fera pas long feu !

Les mauvaises habitudes alimentaires s’installent sans que l’on n’y prenne garde et cela ne correspond pas à mon hygiène de vie de base. J’ai par ailleurs l’impression d’un trop plein. Mon corps s’est transformé pendant neuf mois pour les besoins de la grossesse mais je sens qu’il est temps pour moi de retrouver mon équilibre originel.

Un matin, alors que j’étais en transe de sucre, (s’agit-il d’une drogue ?) j’ai fais les fonds de placards en quête d’un gâteau ou d’un bout de pain, comme une junky. J’étais sur les nerfs. Je n’ai rien trouvé. Je me suis souvenue que j’avais du sirop d’agave. Je me suis empressée d’en mettre quelques gouttes sur ma galette au riz. Et cela va vous sembler étrange, mais je me suis sentie apaisée (apaisée par le goût du sucre, plutôt flippant !)

A partir du moment ou une substance, telle qu’elle soit, est capable de t’apaiser, quelque chose ne va pas. Alors je dois bien le reconnaître, me concernant, ce n’est pas si anodin que cela. Je suis devenue addicte au sucre !  Il m’est très difficile de résister à une pâtisserie (même si je n’ai pas faim) ou à un gâteau (soirée, repas entre amis, déjeuner familial). Si je fais mes courses, je vais automatiquement passer dans le rayon des sucreries. Je regarde les différents paquets de gâteaux, j’hésite, je prends un paquet, je culpabilise, puis je finis par le reposer (sauf si je suis contrariée, autant vous dire que les gâteaux vont y passer ! )

J’ai vraiment envie de modifier cette mauvaise habitude. Et je sais par ailleurs quels sont les effets sur la santé alors je me dis qu’il est important pour moi de remédier à cela.

Ma désintoxication au sucre phase 1 :

La phase 1 de désintoxication a consisté à ne plus acheter de gâteaux et à ne plus consommer de pain au chocolat ou de pâtisserie. J’ai donc échangé la tartine de pain beurre et confiture du matin contre un fromage blanc dans lequel j’ajoute une banane et du son d’avoine. Histoire de varier un peu mes petites déjeuné je peux aussi manger un bol de céréales bio muesli sans sucre ajouté avec du lait d’avoine.

A chaque petit creux, j’ai préféré manger une ou deux pommes ou une compote sans sucre ajouté.

J’ai continué à manger des repas variés et équilibrés.

Cette phase a durée deux semaines. J’ai tenu bon ensuite les choses se sont un peu gâtées…

Phase 2 : Ce n’est pas si agréable que cela…

Je suis en plein dans la phase 2. Quelques petits écarts qui m’ont permis de me rendre compte que mon attrait pour le sucre était bien plus ancré que je ne le pensais ! Après la phase 1, j’ai expérimenté quelque chose d’étrange, j’étais comme en manque. Sur la défensive. Je me suis surprise une fois à être fâchée. J’étais dans tous mes états, et prête à quitter mon bureau pour aller acheter un paquet de gâteau pour l’engloutir. Je n’avais plus que cette idée en tête. Gâteau, gâteau, gâteau, sucre !!!!! J’étais comme possédé par un petit démon accroc. J’ai tout de même tenu bon et finalement mon envie de sucre a fini par disparaître.

Pourtant, je sais que je ne suis pas totalement désintoxiquée. L’envie de finir un repas avec un goût sucré et toujours présente. Et même si je fais attention , il m’arrive de manger un gâteau ou une pâtisserie. Mais à ma grande surprise ce n’est pas si savoureux que cela.

Nausée, sensation de lourdeur, perte d’énergie. J’en viens maintenant à regretter d’avoir consommé un aliment sucré. Ce n’est plus si agréable que cela. Mon corps serait-il en train de s’habituer à ne plus consommer de sucre ?

La suite aux prochains épisodes !

Aude M'Bongui Rédactrice et fondatrice du blog
Rédactrice : Aude M’Bongui, fondatrice du blog

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *